Obligations militaires à Egletons au XIIIème siècle

Publié le par Christian Bélingard

Au XIIIème siècle, les coutumes d'Egletons ( actuellement département de la Corrèze) relevaient du droit écrit et non du droit coutumier. On y retrouve quelques indications intéressantes sur les règles qui régissaient la "vie municipale" de l'époque. Ces coutumes ont été rédigées à l'origine en dialecte limousin. En voici deux extraits qui reflètent les  les obligations militaires faites à la communauté villageoise à l'époque où le vicomte de Vendatour exerçait sa souveraineté sur la région d'Egletons ( l'acte est daté de 1270).

"Quant lou communals set lo viscomtes avec armes, toutz ceulx des hommes des Gloutous que a convenz por messaige aux cossols, et no y seria et non segria, III solz t. in paiayria"

traduction: " Quant la commune suit le vicomte en armes, tous ceux des hommes d'Egletons qu'il a convoqués par message aux consuls, et qui ne s'y rendront pas, et ne le suivront pas, paieront trois sous tournois".

"Tout hom que  non auria las armaduras com so establidas  V sous paiaria[ pour] alebarde , et deux sous [pour] arbalesta et XII d. [pour] chappel de fer"

traduction: "tout homme qui n'aura pas son armure en bon état paiera cinq sous pour la hallebarde,  deux sous pour  l'arbalète et douze deniers pour le bassinet. Il faut y rajouter deux sous également pour la pique
( non mentionnée dans le texte ci-dessus).

En fait, dans le droit féodal, le seigneur convoquait ses vassaux sous sa bannière et à son "ost", autrement dit à son armée. Les hommes d'armes servaient pour une durée qui pouvait atteindre soixante jours. Le seigneur fournissait les armes, les munitions et les vivres. Le roi Charles VII fut le premier souverain à jeter les bases d'une future armée de métier au XVème siècle.
prisonniers bretonsBnf, français 115, prisonniers bretons
conduits à Claudas, vers 1470


                                  à venir un autre article "Un ost à Saint-Yrieix (1316-1317)
 


(1) Paul Huot dans le Bulletin Archéologique et Historique du Limousin ( 1854).

Partager cet article

Commenter cet article